Maroc : Extension des services de l’eau aux pauvres dans les zones urbaines et rurales

credit: World Bank

Deux nouvelles études de cas en français et en anglais dans la série « OBApproaches » présentent la conception et les premiers résultats des pilotes d’aide basée sur les résultats dans le secteur de l’eau au Maroc.

L’Aide Basée sur les Résultats au Maroc (Partie 1) : Extension des services de l’eau aux pauvres dans les zones urbaines

Le Maroc est un pays à revenu intermédiaire doté de bonnes infrastructures dans le secteur de l’eau qui assurent l'accès à l'eau potable et aux services d’assainissement à la majorité de la population urbaine.

En 2005, le Maroc a fait de l’extension de l’accès à ces services aux populations pauvres des quartiers périphériques une priorité, et a encouragé les opérateurs et les collectivités locales à réduire les frais de raccordement pour leurs administrés.

Ces frais de raccordement sont en effet fixés sur la base du coût marginal, ce qui représente un obstacle majeur au raccordement aux services pour les populations pauvres.

Le gouvernement et les opérateurs des services d'eau à Casablanca, à Meknès, et à Tanger ont donc demandé une subvention du Partenariat Mondial pour l'Aide Basée sur les Résultats (GPOBA ) pour tester à titre pilote l'introduction des subventions basées sur la performance.

Le projet vise à encourager l'extension des services par une approche innovante d’aide basée sur les résultats, mieux connue sous son acronyme anglais : « “Output-Based Aid” » ou OBA.

Les premiers résultats montrent que cette approche implique de recentrer la fourniture des services sur la demande des ménages, ce qui permet d’accroitre  la responsabilité, de renforcer les partenariats locaux entre les autorités et les opérateurs, et de faire du suivi des services d’approvisionnement une priorité.

La Banque mondiale travaille actuellement avec le gouvernement sur l’élargissement du programme OBA à plus grande échelle.

L’Aide Basée sur les Résultats au Maroc (Partie 2) : Extension des services d'approvisionnement en eau en zones rurales

Depuis le milieu des années 1990, le Maroc a réalisé des progrès importants dans le développement de l'accès à l'eau potable en zone rurale.

L’Office National de l’Eau Potable, l'ONEP, a développé un important réseau d’adduction d’eau par bornes-fontaines dans les communautés rurales, donnant l’accès à l’eau potable à plus de 87 pour cent de la population rurale.

Néanmoins, à l’heure actuelle, la majorité des ménages demandent des raccordements individuels, mais les coûts fixes de l'ONEP rendent l’approvisionnement en eau par branchements individuels dans les petites collectivités commercialement déficitaire.

Pour mieux servir ces populations, l’ONEP expérimente au Maroc, le premier projet pilote de partenariat public-privé pour la sous-traitance de l’approvisionnement et de la gestion des services d'eau dans les zones rurales, à travers un contrat de type « affermage ».

Au cours des premières années du contrat décennal, l'opérateur privé reçoit de l’ONEP des subventions basées sur les performances selon une approche d’aide basée sur les résultats.

L’objectif est de permettre à l'opérateur d’atteindre assez rapidement son seuil de rentabilité pour développer une activité rentable dans le cadre de la structure tarifaire actuelle.

En cas de succès, ce modèle pourrait être développé dans d'autres zones combinant petites villes et zones rurales environnantes, offrant ainsi de nouvelles opportunités commerciales pour le secteur privé marocain, tout en améliorant l'accès aux services d'adduction d'eau pour les populations défavorisées.